Vidéo : Xavier Govare Pure Salmon France, répond au micro de France Bleue Gironde au sujet de la ferme écologique de Saumon

Xavier Govare président du groupe Pure Salmon France est interviewé par Laetitia Huveline, France Bleue Gironde au sujet de la ferme à saumon qui devrait voir le jour mi-mai 2024 au Verdon-sur-Mer.
Pure salmon France un projet ecologiste france bleue

Partager

Auteur

Résumé : Le projet de Pure Salmon France coutera près de 275 millions d’euros et vise à produire 10 000 tonnes de saumon par an, soit 10% de la consommation française. Le président de la société, Xavier Govare, défend le projet face aux inquietudes des écologistes, en mettant en avant l’absence d’artificialisation des terres, l’utilisation d’eau saumâtre et la création de 250 emplois locaux. Le dossier est en cours d’instruction et pourrait aboutir en 2024.


Une ferme de saumon dédiée à la souveraineté alimentaire et bien-etre animal

La ferme de Saumon à Verdon-sur-Mer dans le Médoc, sujet de France Bleue Gironde Matinale

Retranscription de l’interview de Xavier Govare par Laetitia Huveline au micro de France Bleue Gironde:

Laetitia Huveline : Bonjour Xavier Govare.

Xavier Govare : Bonjour.

Laetitia Huveline : Alors vous voulez produire avec cette ferme géante 10 000 tonnes de saumon par an. Ça représente 10% de la consommation française. Parce qu’en France on est le premier consommateur de saumon mais on ne produit pas, c’est ça ?

Xavier Govare : Oui, c’est une réalité un petit peu bizarre en termes de souveraineté alimentaire, on en parle beaucoup aujourd’hui. Mais en France, la première espèce de poisson consommée en France c’est le saumon. Et paradoxalement 100% de ce saumon est importé.
Pourquoi ? Simplement parce que les eaux françaises ne se prêtent pas à l’élevage du saumon qui est habituellement élevé en mer.

Laetitia Huveline : Votre projet est décrié par certains. Un collectif écologiste a d’ailleurs déposé une pétition au Parlement européen. Les militants dénoncent plusieurs problématiques. Il y a la lutte contre l’effondrement de la biodiversité, le bien-être animal, la protection de la ressource en eau aussi. Vous répondez quoi à ces critiques ?

Xavier Govare : Je réponds que ces critiques ne sont pas des critiques d’écologistes. On est bien d’accord, ce sont des critiques de gens qui sont contre l’élevage animal. En fait on ne peut pas être contre ce projet si on est écologiste. C’est un projet qui premièrement n’artificialise aucune terre, c’est un sujet d’actualité aujourd’hui puisque les terres sur lesquelles on veut s’implanter, c’est une terre industrielle qui a déjà été préparée depuis 10 ans pour cela sur le grand port maritime de Bordeaux. On n’utilise aucune eau potable et Dieu sait que le dossier eau, je pense que vous devez le traiter sur votre antenne, est un sujet important. Aujourd’hui la ressource, le partage de l’eau, nous n’utilisons pas d’eau de ressources rares, c’est-à-dire pas d’eau de nappes phréatiques, nous n’utilisons pas d’eau douce. L’alimentation de cette ferme est constituée à 100% par de l’eau saumâtre, inutilisée, inutilisable pour la consommation humaine, pour l’agriculture, pour l’élevage terrestre. Donc en fait on a une ressource en eau qui est non critiquable également. Ensuite l’équilibre des territoires, si vous voulez produire dans un territoire avec 250 emplois à la clé, un saumon, dans une région qui demande de l’emploi, est-ce que ce n’est pas aussi l’équilibre des territoires, est-ce que ce n’est pas de l’écologie ?

C’est important. Et enfin produire un produit sain, ultra sain, puisqu’il est élevé dans des conditions idéales de biosécurité, à terre, sans impact sur l’environnement, puisqu’il n’y a pas de rejet qui n’ait pas été traité, nettoyé, contrairement à ce qui se passe en mer traditionnellement pour l’élevage du poisson. Donc c’est vraiment un projet qui a toutes les caractéristiques d’un projet écologiste. Donc nous sommes étonnés, mais qu’une toute petite frange de personnes critique ce projet. On a fait une grosse étude sur plus de 1000 consommateurs potentiels de ce produit-là, sur la Gironde, sur le Médoc en particulier, où il y a une adhésion excessivement forte pour ce projet, pour ses composantes environnementales et ses composantes écologiques, et ses composantes bien sûr économiques pour le développement du territoire.

Laetitia Huveline : Le développement du territoire, vous disiez 250 emplois créés, ça veut dire aussi 250 familles allogées dans un territoire où le logement n’est pas simple d’accès ?

Xavier Govare : Oui c’est vrai, c’est une difficulté du dossier, c’est de pouvoir effectivement trouver 250 personnes qui viennent travailler sur ce projet, qui seront des gens locaux en priorité, puisque en fait la qualité de notre projet repose sur la qualité des emplois qui sont proposés. Quand je dis qualité des emplois, c’est-à-dire que ce sont des emplois qui sont à la fois très accessibles pour un grand nombre, puisqu’il y a des emplois qui sont assez simples, d’opérateurs sur ligne pour la préparation des poissons, et puis il y a des emplois beaucoup plus, je dirais, compliqués, beaucoup plus qui demandent une formation, notamment les emplois techniques, autour de la qualité, autour de la maintenance, autour de toutes les fonctions d’une entreprise. Donc c’est des emplois qui sont riches. Donc on espère attirer effectivement des gens de profils différents, et sur l’ensemble de la région, voire de l’autre côté de la Gironde, on a la chance d’avoir un bac qui arrive sur place. Il faut compter aussi sur la ressource emploi sur Royan, bien évidemment. Et puis je dirais que la qualité de notre politique RH sera aussi mise à l’épreuve sur les objectifs de recrutement pour pouvoir faciliter l’arrivée sur site des gens, donc la collecte des collaborateurs, sans doute jusqu’à l’Espar, sur les communes avoisinantes, et faciliter le transport, dans une période bien sûr où l’énergie et les transports sont chers.

Laetitia Huveline : Donc un projet qui pourrait voir le jour si tous les verrous sont levés mi-2024.

Xavier Govare : C’est exact, c’est un long projet, ça fait un an et demi qu’en fait on se consacre à rencontrer toutes les parties prenantes, c’est-à-dire bien sûr toutes les associations environnementales, écologistes, toutes les associations professionnelles, les élus. Ça a été le travail pendant un an et demi, maintenant on a déposé les dossiers de permis de construire et dossiers ICPE qui sont en cours d’instruction, qui donneront lieu à des allers-retours, bien évidemment, pour encore améliorer notre proposition. Et puis nous espérons avoir tous les accords pour pouvoir commencer à bâtir, à partir de courant 2024.

Laetitia Huveline : Merci Xavier Govare pour cette présentation du projet. J’espère que notre conversation a permis à nos auditeurs de mieux comprendre les enjeux de ce projet de ferme géante de saumons en Gironde. Nous suivrons avec intérêt l’évolution de ce dossier.

Xavier Govare : Merci Laetitia, c’était un plaisir de vous présenter notre projet et de répondre aux questions. Nous restons à l’écoute des préoccupations de toutes les parties prenantes et nous sommes déterminés à travailler ensemble pour construire un projet responsable et bénéfique pour la région et pour l’environnement.

Laetitia Huveline : C’est sur ces mots que nous concluons cette interview. Merci encore à vous, Xavier Govare, et à tous nos auditeurs pour votre attention. À bientôt pour une nouvelle interview.

Xavier Govare : Merci, et à bientôt.

Linkedin des intervenants :
Linkedin Xavier Govare, Pure Salmon France
Laetitia Huveline, France Bleue

Découvrir la vidéo Pure Salmon France : la présentation du projet

Image extraite de la video Pure Salmon Projet verdon sur Mer

Sur le même sujet